Hola Mundo Podcast

Machiavel, mal lu, car s’il explique comment prendre le pouvoir à tout prix c’est ce que les gens ont retenu , il explique ensuite ce qu’il veut en faire et c’est une république. Depuis plusieurs décennies, Michel Onfray, professeur de lycée reconverti en philosophe de salon, enchaîne les livres, les conférences et les plateaux télé avec un talent médiatique digne de tous les éloges: Sous peine de sombrer tous dans un chaos définitif. Le christianisme triomphant ne cessera plus de de se chicaner avec l’islam. Je partage au moins une affirmation de son constat lucide ou de cet état des lieux sans concession: Pas un mot des évêques allemands Von Galen, Faulhaber, Von Preysing, français comme le cardinal Saliège, des pasteurs protestants Niemöller, Gollwitzer, Dietrich Bonhoeffer, celui-ci finissant sous la potence, qui ont protesté contre les exactions antijuives des nazis. Comment pourrait-il ne pas l’être alors qu’il déconstruit les religions du livre, remettant en cause jusqu’à l’existence physique de Jésus, en passant par les fictions du judaïsme sans oublier celles de l’Islam?

Nom: decadence onfray
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 21.77 MBytes

On a lu Michel Onfray, ou le pessimisme triomphant. Ensuite, il passe à Mahomet dont on apprend qu’il avait la tête prêt du bonnet. Listes avec ce livre 2 Voir plus. Voir les 11 commentaires sur cet article. Une tribune reste une tribune est non un article à charge donc étayé mais quand même je la trouve rapide et caricaturale. Contre-histoire de la philos..

Les cookies assurent le bon fonctionnement de Babelio. Accueil Mes livres Ajouter des livres.

decadence onfray

Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures connexion avec. Décadence infos Critiques 19 Critiques presse 2 Citations 22 Forum. Signaler ce contenu Voir la page ohfray la critique. Un livre riche, dense et forcément polémique que ce décadence de Michel Onfray. Comment pourrait-il ne pas l’être alors qu’il déconstruit les religions du livre, remettant en cause jusqu’à l’existence physique de Jésus, en passant par les fictions du judaïsme sans oublier celles de l’Islam?

Et s’il argumente, étaye ses propos de faits historiques rapportés par des ouvrages peu ou pas connus parce qu’en dehors du corpus admis par la propagande officielle, pour démontrer qu’aucune religion ne résiste au prisme matérialiste et à celui de l’analyse objective, l’aveuglement des intégristes de la foi, quelle qu’elle soit, ne peut que le vouer aux gémonies et mener son livre à l’autodafé.

Bien sûr, toute référence est discutable, tant celles qui font le panégyrique que celles qui critiquent les grands noms de l’Histoire et les traces qu’ils ont laissées. Mais, le voyage proposé n’épargne pas les idéologies et les systèmes politiques, la faiblesse de dirigeants, mal inspirés, souvent lâches ou gouvernant avec des decadenec.

Rien ni personne n’aura réussi à offrir decadenc durables pour permettre la survie de la civilisation judéochrétienne dont ongray crépuscule s’annonce sanglant. Il n’est pas tendre non plus avec l’intelligentsia et ses errements, avec les politiques qui rejettent le choc des civilisations prédit par Huntington tandis que le réel confirme chaque jour sa vision. Le dynamisme démographique de l’Islam en fera selon lui une civilisation qui comptera decadenxe un monde qu’aucun de ses lecteurs ne devrait connaître Ontray civilisations vivent, meurent, sont remplacées, c’est le sens de l’Histoire.

Et l’auteur de conclure sur l’avènement d’un transhumanisme, du monde d’Huxley et d’Orwell, qu’une nouvelle religion ancrera au sein de régimes totalitaires à coté desquels les dictatures que nous avons connu paraîtront bien mièvres. Cet ouvrage m’a beaucoup appris, nombre de ses références m’étaient inconnues et j’ai passé dscadence bon et long moment en sa compagnie.

La «décadence» de Michel Onfray, une somme pertinente nourrie de trop de ressentiment

Je partage au moins une affirmation de son constat lucide ou de cet état des lieux sans concession: Une durée honorable pour une onfrayy. La civilisation qui le remplacera sera elle aussi remplacée. Le bateau coule ; il nous reste à sombrer avec élégance.

  TÉLÉCHARGER DKZSTUDIO 0.92B.RAR GRATUIT

Malgré son écriture dense et un lexique frisant parfois la drôlerie tant certains mots choisis sont à des années-lumière de notre langue actuelle, j’ai dévoré cet opus en moins d’une semaine. Déprimés, fatigués, pessimistes, angoissés.

Onfray et la «décadence»: une approche défaitiste et éminemment contestable

Bon, ça, c’est dit, mais hélas, le propos a quelques cohérences, puisque l’auteur nous offre en parallèle une relecture de l’histoire du judéo-christianisme que j’ai trouvée passionnante. D’autres civilisations sont également passées au crible, et le tableau tragique de se compléter doucement mais sûrement.

Ici, le texte est précis, analytique, un peu long aussi quand il s’attaque à la période moyenâgeuse, mais ça claque, ça cingle, ça percute nos représentations, ça questionne sérieusement. Monsieur ONFRAY nous offre une lecture philosophico-historique sensationnelle de notre monde où chacun en prend pour son gradeet ça décoiffe! Une fois de plus, cet essai de Michel Onfray entraînera la polémique.

Les uns trouveront ce livre riche, objectif, documenté, citant ses sources, expliquant le passé, les enseignements transformés ou erronés, la succession des faits et leur répercussion jusqu’en notre XXIème siècle.

Les autres monteront aux barricades en dénonçant une lecture trop athéiste de l’histoire, une réduction et une orientation des faits. L’oeuvre écrite dans une langue accessible gênera certains philosophes d’école et leurs aficionados.

decadence onfray

On ne s’étonnera plus dès lors qu’il y ait des guerres. Certes dans les faits retenus, Michel Onfray prend toujours ceux qui servent au mieux son propos, là où les historiens n’ont pas tranché définitivement la question: Cependant, ceci n’enlève rien à la force de son propos et ne le discrédite pas. Ce texte est certes parfois pamphlétaire. On peut s’en amuser ou s’en offusquer, mais il faut se souvenir qu’à l’inverse de ceux qui les condamnent, les auteurs de pamphlets n’ont jamais tué personne cf Charlie.

Tout est passé au crible avec force références et citations. Apparaît ce qui a mené le monde: Au nom des Idées, quelles qu’elles soient, il y a toujours des morts. Le message d’origine onfrya sempiternellement détourné.

decadence onfray

Au nom de la religion, on peut tuer. Les civilisations se succèdent-elles? Les leçons ne sont pas tirées sauf par quelques esprits. En est la preuve, ce livre et ses remous, ce livre qui raconte notre monde occidental, son judéo-christianisme étiolé, ses marionnettes politiques qui ne sont que le reflet des courants de pensées du moment, une mise en garde qu’on ne peut plus ignorer.

La conclusion est très noire, annonçant la fin de notre civilisation, de celles qui lui succéderont, allant vers l’anéantissement. L’analyse de Michel Onfray est une analyse basée sur les faits. Il n’y a pas dans ce livre de réponse politique personnelle à l’inverse de certains qui, s’appuyant totalement ou partiellement sur les mêmes constats, échafaudent des projets politiques servant leurs intérêts de façon à influer sur les rapports de domination et soumission.

Michel Onfrayn’en déplaise à ses détracteurs, ne veut dominer ni soumettre personne. Tout d’abord une constatation: Au nom de Dieu on tue, on viole, on pille, on massacre, on torture. Pendant plus d’un millénaire la chrétienté a régné, écrasant les traces des civilisations antiques, puis celles des peuples indigènes, s’imposant par les croisades, l’Inquisition, les guerres de religions fratricides. Onfrau comme tout pouvoir politique dictatorial, sa hiérarchie est tombée dans tous les excès.

La Révolution française a sonné son glas, puis les révolutions marxistes, Vatican 2, mai 68 amènent sa fin définitive. La Chrétienté est morte ouvrant la voie à son remplaçant: Et qu’il n’y aura ni vainqueurs ni vaincus mais une fecadence à sauver. Sous peine de sombrer tous dans un chaos définitif.

« Décadence » pour les nuls –

Un nouveau livre sur le développement de la civilisation chrétienne occidentale et son déclin supposé. C’est le troisième ouvrage de Michel Onfray que j’ai terminé et, de nouveau, je l’ai lu avec beaucoup de plaisir.

Le livre a été divisé en deux parties. L’auteur expose l’évolution d’une petite secte chrétienne, née au début de notre ère, à une religion. Il aborde beaucoup de sujets pertinents. Il démontre la position que Jésus-Christ serait plutôt une notion, une abstraction, une fiction, qu’un homme physique. Il expose le développement d’une croyance plutôt pacifique et tolérante à ses premiers jours, caractérisé surtout par l’amour du prochain et par le pardon des péchés, en une force politique expansive et agressive.

  TÉLÉCHARGER ARCHACH 2013 MP3 GRATUITEMENT

Au début, les chrétiens ont été persécutés impitoyablement par les romains. Cependant, quelques siècles plus tard, le christianisme devient la religion officielle de l’Empire romain. L’auteur explique les causes et les raisons politiques sous-jacentes de cette évolution et le rôle douteux, mais essentiel, de l’empereur romain Constantin. D’ailleurs, après le christianisme est devenue la religion officielle, les rôles sont inversés, et maintenant ce seront les chrétiens qui feront les persécutions, des païens et des juifs, pour les siècles à venir.

Puis, l’auteur traite la formation et la croissance de l’institution de l’Église catholique. Cette lutte a été gagnée, heureusement, par les premiers. Sans cette victoire au IXe siècle, beaucoup d’ouvrages d’art chrétien nous auraient manqué aujourd’hui. L’auteur aborde aussi le thème de la violence de la foi chrétien, exercé par l’Église, pendant le Moyen Âge: Ce sont des choses qu’on connaît déjà, généralement, et c’est de la cruauté et de l’inhumanité d’une époque obscure.

Il parle du totalitarisme, du fascisme et du marxisme, et leurs rôles dans la déchristianisation de l’Europe. Il disserte sur trois grands événements historiques qui, selon lui, ont conduit à une déchristianisation de l’Europe: Les derniers chapitres du livre s’occupent des événements plus récents, comme les attentats aux États-Unis et en Europe par des extrémistes musulmans et les réactions présumés insuffisantes de l’Occident.

Alors, tout ça au début du livre, ça a créé une ambiance plutôt sombre au départ! L’auteur présente des faits historiques pertinents en étayant ses hypothèses et suppositions. Avec son style fluide, ses explications pertinentes et ses observations souvent marrantes, le récit est agréable à lire, malgré les thèmes abordés qui sont souvent compliqués. C’est un gros livre: C’est le livre dans lequel on apprend que: Michel, au meilleur de sa forme, fait le constat de la fin de notre civilisation judéo-chrétienne.

Bénite par Benoit 16 et jamais finie. Quand une religion décline, la civilisation qui l’accompagne itou. Ensuite Michel revient sur Jésus, qui n’a peut-être pas existé mais y’a débat. Il dit que la religion chrétienne nie complètement le corps et les plaisirs qui vont avec.

Saint Paul était juif et circoncis comme Jésus. Il a même martyrisé un chrétien: Etienne, avant sa conversion. Pour la bouffe non plus c’est pas bien folichon. Michel nous dit aussi que les conciles, c’est comme le foot: On apprend beaucoup de mots: Il se moque de Jésus parce qu’il était puceau: Il parle aussi des joyeuses tortures de l’inquisition, des procès qu’on faisait aux animaux à l’exception des serpents.

Ensuite, il passe à Mahomet dont on apprend qu’il avait la tête prêt du bonnet. Le christianisme triomphant ne cessera plus de de se chicaner avec l’islam. Il évoque ensuite deux penseurs qui ont envisagé le pouvoir de façon laïque: Machiavel et La Boétie.

Machiavel, mal lu, car s’il explique comment prendre le pouvoir à tout prix c’est ce que les gens ont retenuil explique ensuite ce qu’il veut en faire et c’est une république. Je te donne quelques définitions comme ça tu n’auras pas à chercher dans le dico je sais que tu es cossard: Selon cette doctrine, la foi religieuse dépendait du sentiment et non de la raison et, dans le domaine religieux, la raison perdait ses droits.